Now Playing Tracks

La Rentrée des séries de Canalsat - Les séries prennent le pouvoir et c’est réussi

J’en avais entendu parler mais c’était la première année où je pouvais assister à la rentrée des séries de Canalsat.

Canalsat et ses nouveautés :

Le line up de Canalsat prend de l’ampleur. Avec 30 séries dont 7 inédites qui vont débarquer sur le bouquet, Canalsat fait fort. Dans les nouveautés, attendez-vous à Mistresses, The Bridge, The Smoke, Mob City, Dominion, Les Agents du S.H.I.E.L.D. et Faking It.

Cinq séries seront en US+24 et il y aura plusieurs séries en intégralité à retrouver sur le bouquet dont Scandal, Revenge ou encore Lost qui a eu 10 ans cette année !

A ne pas louper selon moi :

  • Le retour US +24 de The Walking Dead tous les lundis soir sur OCS Choc
  • Helix, saison 2 en janvier en US+24
  • Game of Thrones US +24 sur OCS City (saison 4 en cours et 5 en US+ 24 )
  • Les Agents du S.H.I.E.L.D., saison 1 à partir du 26 novembre sur Série Club
  • Chicago Fire, la saison 2
  • Mob City la nouvelle série avec Jon Bernthal

Canalsat ne fait pas les choses à moitié

Pour cet évènement privé, Canalsat a fait venir des States des pointures du monde des séries. J’ai commencé cette soirée avec une masterclass passionnante de Jeff Davis, le créateur et showrunner de Teen wolf, dont la saison 4 est actuellement diffusée sur MTV à 22h. Créateur également de la série Esprit Criminels, ce jeune créateur travaille actuellement sur une nouvelle série et même si le secret est encore bien gardé, il a partagé avec nous beaucoup de choses sur son travail sur Teen Wolf.

Ensuite, nous avons pu découvrir des animations créées pour cette soirée. Au programme, un détecteur de mensonges Mob City, Un stand de tir Les Agents du SHIELD et un stand photo avec des zombies (très bien maquillés, j’ai eu très peur) pour le retour US+24 de The Walking Dead.

©CANALSAT Augustin DETIENNE

Pour finir Canalsat nous avait concocté une vidéo très drôle sur les nouvelles séries qui débarquent sur Canalsat. Pour présenter ces nouvelles séries, plusieurs équipes de séries sont venues faire de la promotion. La star féminine d’Helix, Kyra Zagorsky était là pour présenter cette sombre et impressionnante série sur un virus ravageur. Elle nous a même confié que la nouvelle saison se passerait sur un bateau avec un nouveau virus. L’équipe de Degrassi, Nouvelle génération a également fait le voyage avec le producteur et quatre des acteurs principaux dont Melinda Shankar et Luke Bilyk. La saison 13 de cette série canadienne est actuellement diffusée sur June.

Canalsat fait dans le long terme

Cet événement de Canalsat était véritablement impressionnant et intime. Toutes les personnalités sont restées profiter de cet événement et ces animations dans la bonne humeur. Les cocktails Mort Vivant ou Pompier (en hommage à Chicago Fire) ont tenus toute la soirée et je voudrais signaler que Canalsat a réussi à créer un événement durable. Tout l’événement était parfait, que ce soit au niveau de la logistique, que ce soit pour les présentations des séries, pour les buffets ou les animations. Une perfection qui en plus se finissait par un très beau sac cadeau à l’effigie d’une des séries de Canalsat.

Les séries ont vraiment pris le pouvoir et surtout Canalsat a montré sa puissance !

Interview Astrid Berges - Frisbey pour le film I Origins de Mike Cahill - Festival de Deauville 2014

image

Voici le compte rendu de mon interview réalisée le 11 septembre au festival de Deauville avec l’actrice Astrid Berges-Frisbey pour la sortie du film en compétition I Origins de Mike Cahill.

Moi : Bonjour Astrid, en cette belle journée !

Astrid : Bonjour

Moi : Je voulais savoir, Mike Cahill m’a déjà un peu raconté votre rencontre sur Skype, et je voulais savoir comment vous est venue l’idée de faire ce film ?

Astrid : J’ai juste sauté dedans ! De la même façon que ça peut happer des spectateurs et je pense que c’est assez légitime de dire ça, ça m’a happé. J’ai lu ça et je me suis dis mais qu’est ce que c’est que ce film, oui je veux absolument le rencontrer. Et on s’est rencontré le lendemain, en en le rencontrant lui, j’en avais encore plus envie.

Moi : C’est vrai que c’est un vrai passionné

Astrid : Oui et c’est vrai qu’il y a des gens que l’on peut trouver tout autant passionnants et passionnés dans la vie, qui peuvent se prendre un peu plus au sérieux ou être un peu plus sérieux. Lui il a ce truc extrêmement généreux, extrêmement positif, et plein de vie et extrêmement vivant! Donc c’est un vrai plaisir.

Moi : J’imagine que pour votre carrière c’est une grande étape ?

Astrid : Oui j’étais très contente en fait. Je m’attendais pas du tout à ça, je n’ai pas du tout fait ça pour ça mais là quand on a sorti le film aux États-Unis, j’étais très contente, pour eux qui ne voient pas le reste de mon travail, ou très peu, d’avoir une vrai autre vraie vision de mon travail. C’était assez chouette, plus personnel comme choix de film.

Moi : Et Mike Cahill comme réalisateur, comment est-il ?

Astrid : Oh il est génial, j’adore Mike, c’est quelqu’un qui a un cerveau incroyable. Je parle souvent de son cerveau mais parce que c’est incroyable! Il contient une quantité d’informations, comme un algorithme extrêmement compliqué et en même temps extrêmement sensible, très vivant, avec plein de joie de vivre et d’une grande écoute. Et voilà  c’était très intense. On a tourné en six semaines, c’est court et c’était extrêmement intense. On arrêtait plus, la réflexion, la remise en question des scènes, pas quelles soient bonnes ou mauvaises mais pour quelle soient encore meilleures. 

Moi : Mike Cahill m’a parlé de la musique de la scène du casque audio et m’a dit que c’était votre idée ?

Astrid : Non ce n’est pas du tout mon idée ! Il dit ça ! Non j’aime bien avoir des idées, des bandes sons pour mes personnages et la chanson de The Do faisait partie d’une playlist que j’avais pour Sofi. Enfin, je n’aurais jamais pu imaginer qu’il mettrait cette musique dans le film, c’était une bonne surprise. J’étais là ! Oh mon dieu ! Parce qu’au départ on pensait à une autre chanson qui était géniale et finalement il a mis ça et ça marche tellement bien avec les paroles.

Moi : Et alors concernant Michael Pitt, vous n’avez pratiquement que des scènes avec lui, seulement deux avec Brit Marling. Comment avez-vous travailler ensemble ?

Astrid : C’est le plus grand travailleur que je connaisse, je pense. C’est incroyable. C’est quelqu’un qui n’arrête jamais, qui est dans le film 24h sur 24, chaque seconde, qui de par son expérience avec des immenses metteurs en scène, a une certaine et vraie expérience. C’est vrai que du coup il met à profit absolument tout ce qu’il peut pour aider, pour qu’un projet se fasse, pour qu’il soit le meilleur possible, pour sortir parfois de situations compliquées et c’est quelqu’un d’extrêmement disponible. Il est à 100 % dans ce qu’il fait. On s’est rencontrés brièvement une fois et on s’est rencontré pour de vrai à New York pour tourner, dix jours avant le tournage. On s’est plus ou moins rencontrés dans une voiture parce qu’il devait passer me prendre pour m’emmener dans un endroit, je connaissais pas du tout New York et il me dit “t’es quelle genre d’acteur ? Tu aimes bien répéter, moi je m’adapte à tout, avec tout le monde, juste pour savoir”. Et moi je lui dis qu’ayant fait du théâtre et ayant une formation plus classique c’est vrai que j’aime bien faire un vrai travail de fond avant pour être plus armée. Il a bondi ! Génial on va pouvoir commencer à bosser ! Que du positif ! Après ça,  on a fait énormément de séances de travail pour continuer à trouver des choses dans ces scènes, pour avoir de vraies options, pour savoir déjà où est qu’ on allait. En plus pour un tournage court, des gens peuvent me poser la question de l’alchimie qui marche. Les gens ne se rendent pas comptent, c’est du travail, un vrai challenge pour des personnes qui ne se connaissent pas, d’un seul coup de faire comme si c’était l’histoire d’amour d’une vie et en très peu de scènes, que ce soit comme ça aussi vrai, aussi vivant, pas fabriqué, pas dans le falbala. Il n’y a pas d’artifices, il n’y a pas d’artifices dans le film, les choses sont très épurées. Il y a beaucoup de sous textes et il fallait accorder les violons de ce personnage qui voit la vie d’une façon extrêmement différente.

Moi : Au niveau des thèmes du films, la science, la spiritualité, qu’est ce qui vous a le plus touché dans le film ?

Astrid : Ce qui me touche le plus dans le film, qui est un thème en sous texte, il y a énormément de thèmes abordés dans le films, ce serait la notion de respect. J’ai commencé à penser à ça pendant la promotion du film parce qu’on oppose à travers Ian la religion à la science. Et en fait c’est très bizarre car j’ai commencé à voir la science comme une religion. Quand on voit les scientifiques, ils donnent, ils consacrent leur vie à leurs travaux, pour “leur religion”. De la même façon qu’on a tous envie d’inciter les grands courants religieux à se respecter les uns des autres et parce qu’il y a de la place pour tout le monde. On aurait envie de dire que la religion respecte la science et que la science respect la religion.

C’est son combat Ian dans le film, il peut être un peu dur et en même temps le film est plein de surprise. C’est très agréable. Ça laisse le choix, chacun pense ce qu’il veut. Ça amène juste la réflexion. C’est des thèmes qui me touchent beaucoup. J’ai toujours été intriguée par la biologie en règle générale dès l’école. Je trouve qu’il n’ y’ a rien de plus puissant que le vie. En même temps, le film est beau, il parle du sujet de l’amour, de différents amours que l’on peut avoir dans une vie, passionné, mature. Sophie aurait pu arriver quand Ian aurait eu 40 ans, ça aurait été encore plus un bouleversement quelque part, pris en plein choc comme ça de plein fouet . On ne sait pas ! Le film est intéressant et peut intéresser tout le monde. Il est à la fois complexe car très dense et à la fois extrêmement abordable ! Ma mère qui ne comprend rien à la science a adoré le film !

Moi : Je le conseille à tout le monde. J’ai appris également que c’étaient vos propres yeux dans le film. C’est une jolie pensée, n’est-ce pas maintenant vos yeux sont célèbres ?

Astrid : Oui c’est vrai ! C’est marrant parce que j’arrête pas de voir des films avec des yeux, posters avec des yeux. C’est fascinant les yeux.

E.

I Origins est sorti au cinéma le 24 septembre.

image

Critique La Légende de Manolo - Quand Tim Burton rencontre Guillermo Del Toro

image

Guillermo Del Toro, producteur de La Légende de Manolo (Book of life comme titre original) doit être très fier du résultat. Cette création féérique et colorée, réalisée par Jorge R. Gutierrez, est une merveille pour les yeux et les personnages y sont très attachants.

Synospis  : Depuis la nuit des temps, au fin fond du Mexique, les esprits passent d’un monde à l’autre le jour de la Fête des Morts. Dans le village de San Angel, Manolo, un jeune rêveur tiraillé entre les attentes de sa famille et celles de son cœur, est mis au défi par les dieux. Afin de conquérir le cœur de sa bien-aimée Maria, il devra partir au-delà des mondes et affronter ses plus grandes peurs. Une aventure épique qui déterminera non seulement son sort, mais celui de tous ceux qui l’entourent.

image

La légende de Manolo est histoire d’amour, une histoire de courage se passant dans le royaume des morts et des vivants. Cela vous sautera aux yeux, l’inspiration des Noces Funèbres de Tim Burton est très forte. Sans être une copie de chef d’œuvre d’animation, La Légende de Manolo nous inspire, nous émeut. Les dessins mexicains, toute cette joie et ces couleurs font la force de ce film d’animation. On voyage dans deux mondes, plus beaux les uns des autres à la recherche de l’amour et de son propre courage. Manolo, avec la voix de Diego Luna, est le héros du film, secondé par la sublime et indépendante señorita Maria, Zoe Saldana, et le fort et invincible Joaquin avec l’irrésistible voix de Channing Tatum.

image

La force de ce film c’est aussi un design unique. Avec une inspiration de Pinocchio, les personnages ont été créés en bois avec des visages plutôt cubiques. On est surpris au premier abord mais l’émotion passe sans problème et plus on les regarde plus on s’attache. Le design des décors est une pure merveille. Le monde des morts par exemple est juste sublime et renferme tout le folklore de l’histoire mexicaine.J’ai également craqué par certains personnages. Les dieux du monde des morts sont parfaits avec une préférence pour Xibalba, interprété par Ron Perlman. Le joyau du film est pourtant un cochon, Chuy. Ce cochon potté mouton, vous comprendrez pourquoi, va vous faire fondre tellement il est mignon et drôle. Une grande idée!

image

Enfin, La Légende de Manolo nous fait rire et nous replonge en enfance grâce à une bande originale unique en son genre. Des tubes internationaux sont repris version mexicaine et vous ne pourrez qu’éclater de rire devant ses prestations.

La légende de Manolo est un coup de cœur sans hésitation pour son design, ses inspirations, ses histoire et par l’émotion que transporte ce film. Je le conseille pour tous, on a rarement à faire à autant de magie et de création.

Le film sort le 22 octobre au cinéma.

Note : 9/10

Les Canettes collectors OASIS Supoire-héros DC Comics débarquent dès le 27 octobre chez Colette ! Faites place à La Justice Figue !

Elle sont 4 à collectionner :

  • FRAMBOURGEOISE et Wonder Woman, le duo glamûre.
  • MANGUE DEBOL et Batman, les supoire-héros de Gotham.
  • ORANGE PRESSLÉ et Superman, toujours là en cas de pépins.
  • RAMON TAFRAISE, plus rapide avec les filles que The Flash.

Conçues par l’agence Marcel, les canettes sont à retrouver dans deux coffrets irrésistibles, de quoi ravir les amateurs de comics !

Dès le 27 octobre et pendant un mois, le concept store de la rue Saint-Honoré sera complètement barbus avec un waterbar aux couleurs de Batman et les jus et coffrets à collectionner !

Laissez-vous tenter par ces supoire-héros !

Pour info :

  • Un coffret de deux canettes collecter sera à 15 euros
  • Vous pourrez retrouver les coffrets sur le eshop de Colette www.colette.fr
To Tumblr, Love Pixel Union